NOTIFICATION DE COOKIES: Ce site donne lieu à l´emploi de cookies Aceptar Más información
A+ A-
  1. Home,
  2. Découvrez Benidorm,
  3. Histoire Touristique de Benidorm
reviens

Histoire Touristique de Benidorm

Brève histoire du tourisme à Benidorm

La Mairie de Benidorm commémora en 1993 le premier siècle de tourisme dans la ville, s’inspirant de la brochure touristique des "Bains de la Vierge du Suffrage", publiée en 1893, qui constitue la première brochure touristique connue de Benidorm, et qui incluait de plus un des premiers "transfers" de l’histoire du tourisme, réalisé depuis Alicante par le "traincruche" qui amenait les premiers visiteurs deMadrid et d’Alcoy.

100 années de Tourisme

Au XIXème siècle, Benidorm voyait naître l’Hôtel la Mayora (1865) bien que les premières références touristiques à Benidorm apparaissent dans le livre de Christian August Fischer 'Cadre de Valence' publié en 1803 en allemand et basé sur son passage à Valence en 1.798. Dans ce livre on décrit l’art de l’almadraba et l’on recommande Benidorm comme destination idéale pour approfondir ses connaissances dans l’art de la pêche au thon ou à la sardine.

En 1852, le Nouveau Guide du Baigneur en Espagne de Don Aureliano Maestre de San Juan, présente Benidorm comme l’un des attraits du littoral d’Alicante et en 1853, Benidorm apparaît de nouveau dans leTraité des Sources Minérales d’Espagne consacré au nouveau tourisme de santé des Bains de Busot.

L’amélioration des infrastructures routières permet le début d’une nouvelle activité économique : le tourisme. Dans la deuxième moitié du XIXème siècle, la Station Thermale “la Virgen del Sufragio” ouvre ses portes au public. Sa finalité est d’accueillir les voyageurs d’Alcoy, de Madrid et d’autres villes d’Espagne qui venaient à Benidorm dans l’objectif de prendre des bains de mer.

La construction de la nouvelle route Silla-Alicante et la ligne de chemin de fer Madrid-Alicante, favorisent l’activité touristique de cette zone. En 1914 on inaugure le chemin de fer à voie étroite –connu comme Trenet de la Marina-, qui unit Alicante à Altea et, par conséquent, à Benidorm.

Dans la décennie des années cinquante, deux circonstances majeures contribuent à l’orientation définitive de Benidorm vers l’activité touristique. D’un côté, en 1952, la « Almadraba del Racó de l’Oix » cesse définitivement son activité à cause de la rareté des captures, causant un grand préjudice aux nombreuses familles dont la pêche est le mode de vie; cependant, d’un autre côté, en 1956 la Mairie approuve le projet urbanistique de la commune dont la prétention est de créer une ville conçue pour les loisirs touristiques, avec des rues bien tracées et de grandes avenues qui suivent la configuration naturelle des plages.

Benidorm Ville Verticale

Le Plan Général de 1956 a donné forme au tracé de Benidorm tel qu’on le connaît de nos jours. Il s’agissait d’une conception horizontale, basée sur une ligne plus classique de bâtiments de faible hauteur comme les appartements, les villas et les hôtels qui se construisirent depuis cet instant précis jusqu’aux premières années de la décennie des années soixante-dix.

Le Festival de Benidorm et son Histoire

Julio Iglesias, le chanteur le plus connu et le plus international d’Espagne, gagna le festival de 1968, et fut la vedette de ceux de 1969, 1973 et 1975. De même, le Dúo Dinámico assuma la clôture du festival de 1962, revenant dans celui de 1981, participant à plusieurs autres, jusqu’à ce qu’en 1977 ils obtiennent enfin leur "Petite Sirène de Benidorm" si convoitée grâce à la chanson « Aléjate ».

Le succès du concours fut tel qu’un long-métrage intitulé "Festival de Benidorm" avec Conchita Velasco, Carmen de Lirio et Manolo Gómez Bur, lui fut consacré. Depuis, la ville de Benidorm est devenue une scène cinématographique pour plus de 300 films. Le premier film tourné à Benidorm fut «Alba de América» en 1951. Mention spéciale est faite à un des films les plus connus du cinéma espagnol: «Huevos de oro» dirigé par Bigas Luna en 1993 et joué par Maribel Verdú et Javier Bardem, qui reçut plus tard un Oscar.

A la fin des années cinquante, on assiste à la révolution “motorisée” de la SEAT 600, qui vint accompagnée d’un nouveau paradigme culturel et social importé cette fois par les jeunes filles françaises qui, étrangères aux prescriptions morales de l’époque, mettaient des maillots de bain deux pièces appelés bikini, en hommage aux essais nucléaires réalisés alors par la France dans l’Océan Pacifique dans l’atoll du même nom.

Malgré les réticences socioculturelles envers la tenue en question, elle fut peu à peu généralisée parmi les baigneuses grâce à l’influence des hôtels, entre autres, qui contribuèrent au relâchement des coutumes et à la fidélisation de clients qui, en grand nombre, devinrent propriétaires d’appartements ou de villas.

Dans la deuxième moitié des années soixante, les premiers Tour-opérateurs britanniques commencent à travailler à Benidorm, amenant des groupes de clients via l’aéroport de Manises. Profitant des prix et du bon climat toute l’année, le premier essai du tourisme « hors saison » est réalisé.

En mars 1970, les tour-opérateurs commencèrent à travailler avec des vols charter à travers l’aéroport El Altet, tout juste inauguré. La forte demande d’occupation hôtelière impliqua une construction rapide d’hôtels entre 1971 et 1973; grâce à cela, Benidorm atteignit le sommet de son développement vertical pendant ces années puisque la plupart des gratte-ciel construits en temps record furent des hôtels gigantesques appelés "hôtel-usine".

Actuellement, Benidorm maintient un excellent niveau d’occupation hôtelière, aussi bien en été qu’en hiver grâce au tourisme « du troisième âge ».

Après ce bref voyage à travers l’histoire du développement touristique de Benidorm, nous pouvons affirmer que l’attribut de soleil et plage continue à être le produit phare de Benidorm, bien que l’on observe une nouvelle dynamique touristique de diversification proposant de nouvelles attractions complémentaires (parcs thématiques, golf, santé et beauté, sports nautiques, tourisme de congrès et d’évènements exceptionnels…) ainsi qu’un effort constant de rénovation et d’adaptation permanente aux nouvelles exigences de la demande, dans le but de maintenir sa compétitivité et son positionnement comme destination leader indiscutable dans le marché touristique national et international.